Grave


Grave


SYNOPSIS :

Dans la famille de Justine tout le monde est vétérinaire et végétarien. À 16 ans, elle est une adolescente surdouée sur le point d’intégrer l’école véto où sa sœur aînée est également élève. Mais, à peine installés, le bizutage commence pour  les premières années. On force Justine à manger de la viande crue. C’est la première fois de sa vie. Les conséquences ne se font pas attendre. Justine découvre sa vraie nature.

CRITIQUE :

"Grave ", est : la claque cinéma de l’année 2017 !
Mon avis ? Exagérer ?
Non, je ne pense pas, car même si je ne peux me permettre d’avoir tout vu, je vous confirme mon impression sur cet OVNI du cinéma franco-belge. C’est un premier film ambitieux et stylisé que nous a offert la cinéaste Julia Ducournau. Un film terrible qui impose le respect, tout en vous retournant l’estomac.

Lors de cette découverte, de multiples références sont venues frapper mon esprit de cinéphile. Je repense par exemple à ce bain de sang animal, imposé aux nouveaux élèves de cette école vétérinaire, pendant leur bizutage extrême. Un passage à la fois dégradant et pour le coup : complètement dingue, qui me rappelle sans conteste, la scène finale du film de Brian De Palma « Carrie au bal du diable ». J’ai pu relever d’autres influences comme le cinéma de Cronenberg ("Frissons", "Chromosome", "Scanners", "La Mouche"), une inspiration qui paraît évidente, du simple fait que l’intrigue porte notamment sur le coté psychotique et la métamorphose de son héroïne. Mais attention, nous sommes bien loin d’un plagiat, la cinéaste propose un spectacle choc, qui obtient sa propre identité, son propre caractère. Et quel caractère !

Son travail de mise en scène est superbement fortifié par la performance de ses comédiens et en particulier de la jeune et impressionnante Garance Marillier. Même si les autres, ne sont pas en reste, la performance de la comédienne est stupéfiante ! Elle incarne à merveille cette jeune fille timide qui se cherche et dont le corps change. Jusqu’ à ce que son appétit féroce fasse surface, faisant émerger la peur, la bestialité et le désir, enfoui jusqu’alors. Retenez bien son nom, car elle devrait faire parler d’elle, c'est plus que certains !

La photographie est à la fois authentique et déroutante, la musique façonne l’angoisse et prépare le vertige auquel les spectateurs vont se trouver très rapidement confronter. La folie est nette, juste, provoqué et provocante. Elle terrifie et elle écœure, mais elle captive aussi, elle fascine même, et séduit par son esthétisme underground. L’intrigue est troublante, sanglante et glaçante mais aussi sexy, perverse et sociale, c’est incroyable de pouvoir contenir tant d’éléments dans un même film. Surtout quand le tout, apparaît comme des plus maîtrisés.

C’est un premier film intelligent et violent qui renvoie l’humanité aussi douce peut-elle paraître, à ses instincts primaires. Le spectacle est sidérant et étonnamment jouissif, il décortique les désirs les plus profonds et l’avidité bestiale qui demeure en nous. Frustrant et angoissant, sanglant et palpitant ce film se démarque totalement du cinéma français traditionnel, mais également du genre horreur. Il propose du neuf et de l’incisif, il coupe l’appétit et soumet à l'admiration de manière jubilatoire.

Âmes sensibles s’abstenir, mais pour finir, je confirme ! Quelle claque ! Brillant ! Terrifiant ! Marquant !

Ciné Vor.


NOTE : 8,5/10

BANDE-ANNONCE

DISPONIBLE EN DVD et COMBO BLU-RAY

DEPUIS LE 26 JUILLET 2017


DESCRIPTIF TECHNIQUE :

  • Casting : Garance Marillier, Ella Rumpt, Rabah Nait Oufella
  • Réalisateurs : Julia Ducournau
  • Audio : Français (DTS-HD 5.1)
  • Audio description : Français
  • Sous-titres pour sourds et malentendants : Français
  • Région : Région B/2 
  • Format : 2.40:1
  • Nombre de disques : 2
  • Distributeur : Wild Side Video
  • Durée : 98 minutes

BONUS :

* 2 scènes coupées (1'58" + 2'44")
* Entretiens :
- Julia Ducournau (46'46")
- Garance Marillier (exclusivité Blu-ray - 47'35")

* Bandes-annonces Blu-ray Wild Side


EN VENTE ICI