Kubo et L'armure Magique


Kubo et L'armure Magique

SYNOPSIS :

Kubo est un être aussi intelligent que généreux, qui gagne chichement sa vie 

en sa qualité de conteur, dans un village de bord de mer. Cette petite vie tranquille, 

ainsi que celle de ses compagnons Hosato, Hashi et Kamekichi va être bouleversée 

quand par erreur il invoque un démon du passé. Surgissant des nues cet esprit malfaisant 

va abattre son courroux sur le village afin d’appliquer une vindicte ancestrale. 

Dans sa fuite, Kubo fait équipe avec Monkey et Beetle, pour se lancer dans 

une épopée palpitante afin de sauver sa famille et percer le secret de la chute de son père, 

le plus grand samouraï que le monde ait jamais connu. 

À l’aide de son Shamisen- un instrument musical magique-il va affronter

toutes sortes de dieux et de monstres, notamment le terrible Moon King 

assoiffé de vengeance ainsi que les affreuses sœurs jumelles afin de dénouer 

le mystère de son héritage, réunir sa famille et accomplir sa destinée héroïque.

CRITIQUE :

"C’est un premier film réussi pour Travis Knight, derrière la caméra pour la première fois. 

Lui, qui a été animateur sur les précédents films en stop-motion, des Studios Laika : 

« Coraline, L’étrange Pouvoir de Norman, Les Boxtrolls», dont il est le vice-président. 

Le producteur, animateur devient donc réalisateur, et nous propose 

une aventure extraordinaire au Japon, sous l’ère Edo, situé entre le XVIIe et XVIIIe siècle, 

au côté du jeune Kubo.


Par le biais de cette aventure, il rend un véritable hommage à la culture japonaise : 

traditions ancestrales, croyances, arts martiaux et décors féodaux, 

y sont habilement et respectueusement déployés.

Les Studios Laika, ne cessent de me surprendre, et même si le troisième film « Les Boxtrolls », 

m’avait légèrement moins satisfait, « Coraline » et « L’étrange Pouvoir de Norman », 

m’avaient eux, totalement convaincus. Ce quatrième film confirme la capacité de ces studios, 

à nous emballer par une intrigue profonde et des décors sublimes.

J’avoue être un grand fan, de ces films réalisé en stop-motion, le travail m’impressionne, 

et le résultat m’étourdis.


C’est fantastique, ce que ces personnes sont capables de faire avec de la patience 

et de la dextérité, ils ont un véritable don, un talent indéniable.

La bande originale du film est signée d’un compositeur italien Mario Marianelli, 

pour un film américain qui se déroule dans un environnement japonais. 

Mais le résultat est bluffant, comme Morricone à su composé les thèmes musicaux 

les plus emblématiques du genre western, Marianelli lui, aborde cette œuvre avec 

autant de talent, de minutie et de génie. Synchronisant à merveille, des titres 

magnifiques avec chaque scène, mouvements et sentiments sur des notes dignes 

du pays du soleil levant.


Kubo et l’armure magique, c’est un voyage dans le Japon Médiéval, un conte fantastique 

aux images spectaculaires, et à la technique admirable. 

Rythmé par une quête pleine de magie et de surnaturel, sur une musique délicieuse. 

C’est aussi un parcours initiatique, dont les épreuves sont aussi des gains, 

comme l’acceptation d’autrui, la recherche de soi, le courage et les sentiments. 

L’enfant se découvre avec humour et à travers un souffle épique, et émerveille les spectateurs 

avec philosophie et poésie.

Ce film, s’avère être un divertissement plus que séduisant, il emballe notre âme, 

palpite nos cœurs, éblouis nos rétines et apprivoise notre ouïe. Proposant une fresque magnifique, 

un conte merveilleux, dont les animations sont aussi fluides, réelles et Bluffantes que 

l’on aurait pu l’imaginer. C’est au final, une morale bien-pensante, 

qui ne peut que faire rougir de jalousie des Studios comme Disney ou Pixar.


En clair, c’est un chef d’œuvre de l’animation !"

Ciné Vor.


NOTE : 8/10

BANDE ANNONCE :

 


Année : 2016

Durée :  117 minutes

Origine : USA

Réalisateur : Travis Knight

Casting : 

Voix françaises : Kylian Rehlinger, Jérôme Pauwels, Bernard Lanneau, Julie Cavanna 


EN VENTE ICI