Le Tombeau Des Lucioles


Le Tombeau Des Lucioles

SYNOPSIS : 

Japon, été 1945. Les bombardiers américains arrosent Kobé 

de plusieurs milliers de tonnes de bombes incendiaires. 

Un jeune adolescent et sa petite s ur perdent leurs parents. 

Ils se réfugient dans leur famille proche mais cruelle. 

Leur quête désespérée d'un monde meilleur les amènera 

à traverser autant les ruines du Japon ensanglanté 

par la fin de cette guerre qu'à affronter l'indifférence 

et la cruauté des adultes. 

CRITIQUE : 

"Voici l’un des plus beaux films d’animation de tous les temps, 

si ce n’est le plus beau !


"Le tombeau des lucioles", est un drame bouleversant qui traite une intrigue, 

qui a pour toile de fond, l’un des moments historiques les plus tristes 

et terrifiants de l’histoire du Japon et de l’humanité.

Köbe, été 1945, la ville est bombardé par l’aviation américaine qui entre en guerre. 

Sous cette pluie de l’enfer, se développe l’histoire de Seita, un adolescent de 14 ans 

et de sa petite sœur Setsuko qui viennent de perdre définitivement leur maman, 

victime de ces bombardements. L’aventure qu’ils vont vivre est teintée de tristesse, 

de joie et de réflexions, ils se retrouvent très vite confrontés à la réalité de la guerre, 

la famine et au monde cruel des adultes et du "chacun pour soi".

Le film est réalisé par l’un des plus grands cinéastes du cinéma d’animation, 

bras droit du grand Haya Miyazaki pour les studios Ghibli. Isao Takahata, 

est essentiellement célèbre pour les films « Horus prince du soleil », 

« Pompoko », « Mes Voisins les Yamadas » 

ou encore plus récemment le magnifique film 

réaliser entièrement en aquarelle : « Le Conte de la Princesse Kaguya ».

"Le tombeau des lucioles" est sorti au Japon en 1988 et en France en 1996, 

cet écart de sortie ne surprend plus les fans de cinéma asiatique, 

habitués à la patience agaçante de l’arrivée d’une œuvre cinématographique 

des pays de l’Est, dans l’hexagone. Mais, le film est aujourd’hui considéré 

comme "CULTE", et pour cause : l’intrigue et le réalisme indéniable de ses décors, 

nous séduisent avec aisance. Le chaos est présent, mais en son sein émerge

 une histoire tendre et bouleversante portée par une musique sublime de 

Michio Mamiya ("Horus prince du soleil") et par des personnages très attachants. 

La poésie extirpée de la tendresse et de l’amour de ce grand frère (Seita) 

pour sa petite sœur (Setsuko) à travers cet enfer qui ravage leur pays, 

vient vous tirer les larmes à plus d’une reprise. 

Les délits de Seita sont avant tout une question de survie, de bienveillance, 

d’humanité et d’amour, il protège Setsuko d’un environnement cruel, 

et tente de lui apporter, ce que tout enfant à besoin en ce monde : 

nourriture, joie, espoir et amour.

Ce film, je l’ai vu à plusieurs reprises, pourtant les larmes continuent 

de ruisseler sur mes joues, 

après tant et tant de visionnages. Je reste touchée par cette intrigue, 

ce drame atroce, 

à la fois sombre et lumineux qui est habilement porter à l’écran. 

L’esthétisme et le soin porté à la reconstitution graphique des décors, 

restent aujourd’hui, près de 30 ans après sa sortie, un aboutissement 

des plus appréciables et marquants du cinéma d’animation.


C’est un grand crie d’amour, que le cinéaste nous propose, 

une déchirure et une détresse, il éveille les consciences avec un mélodrame 

sentimental qui marque de manière indélébile, le cœur de tous ses spectateurs. 

Cette œuvre sublime, s’inspire de son propre vécu, 

il transmet donc ainsi, son message d’espoir et de foi en l’humanité, 

tout en ayant une pensée pour sa sœur disparue.


Ce film est immanquable, il doit être découvert, 

vous devez le faire découvrir, il devrait même être présenté dans les écoles !"

Ciné Vor.

 

NOTE : 9/10

BANDE ANNONCE :



 Année : 1988

Durée :  90 minutes

Origine : Japon

Réalisateur : Isao Takahata

Casting : voix françaises : Marina Tourbon, Kelly Marot, Pascal Grull


EN VENTE ICI