Orgy Of The Dead


Orgy Of The Dead


SYNOPSIS :

John et sa petite-amie Shirley partent à la recherche d’un cimetière afin que John trouve l’inspiration pour écrire son prochain roman.
Alors qu’ils errent parmi les sépultures, ils assistent à une bien funeste cérémonie…

CRITIQUE : 

En 1994, Tim Burton analysait la vie du cinéaste Ed Wood Junior à travers un biopic en noir et blanc, des plus réussi. Ed Wood est affublé du surnom de « pire réalisateur de l’histoire du cinéma ». Pourtant, aujourd’hui certains s’accordent à dire que cet homme avait du génie. Burton à permis aux cinéphiles et au grand public de redécouvrir les travaux d’un homme troublant, ambitieux et satisfait, en lui rendant hommage à travers son film. Les prestations sont remarquables et on y découvre plusieurs personnages emblématiques de son univers, la passion qui l’animait, sa folie et ses artifices, ainsi que sa personnalité et ses amitiés.

"Orgy Of The Dead", est écrit par Ed Wood, on y retrouve d’ailleurs un de ses fidèles comparses, le comédien dont le nom de scène n’était autre que « l’incroyable Criswell », un personnage extravagant célèbre aux États-Unis, pour sa chevelure flamboyante à la Donald Trump, ses capacités psychiques erronées et le fait qu’il prétendait dormir dans un cercueil. Criswell a joué dans deux films d’Ed Wood « Night Of The Gouls » et « Plan 9 From Outer Space », c’était un proche et un amateur de la folie du cinéaste.
Ici, il incarne "l’empereur", un être puissant semblant venir des ténèbres pour assister à un show de danses érotiques au beau milieu d’un cimetière. Un show sous forme de cérémonie qui se dévoile comme une sorte de rituel d’accueil à d’éventuelles nouvelles âmes dans l’au-delà.

Dans ce film, vous ne verrez jamais de zombies à proprement parler, ni n’assisterez à une orgie comme le titre semblait l’évoquer. Mais vous découvrirez, un long-métrage de troisième zone, composé de danses érotiques expiatoires pratiquées par de magnifiques femmes sorties d’outre-tombe. Une dizaine de danseuses, dont : une Indienne, une prostituée, une femme à la peau dorée, une féline, une esclave, une Mexicaine, une Hawaïenne ou encore une mariée. Elles sont toutes incarnées par des danseuses de burlesque de la cote ouest des Etats-Unis. Vous y trouverez également deux personnages emblématiques du cinéma gothique, la momie et le loup-garou, tous deux chargés d’asservir l’empereur, qui lui, est accompagné de la goule noire dont l’allure physique semble avoir inspiré le personnage d’Elvira.

Ed Wood, ne fut pas que scénariste sur ce film, mais également directeur de production et agent de casting. On retrouve ici, tout le manque de capacités à produire une œuvre palpitante, les scènes se suivent et se ressemblent, n’apportant rien de très mûrement recherché, ni de très explicite. Les comédiens manquent de charisme, les effets spéciaux et les décors sont limités et pour le coup, on découvre un énième film troublant de la filmographie d’Ed Wood. Et ce, bien que le film soit réalisé par Stephen C. Apostolof, un cinéaste spécialisé dans le cinéma érotique à budget limité.

On notera que le film est sorti en France en 1968, lors de la grande crise sociale qui frappa le pays, et passa inaperçu, son titre d’exploitation était alors « Orgie Macabre ».
Bien loin d’être un chef d’œuvre, ce film mérite d’être découvert pour son style, sa personnalité, bien que le résultat s’avère assez médiocre. Toutefois, si vous êtes un amateur des travaux d’Ed Wood, ce film est immanquable, puisqu’il arbore techniquement et spirituellement la même empreinte d’étrangeté forgée par le cinéaste.

Ciné Vor.


NOTE : 4/10

BANDE ANNONCE :

DISPONIBLE EN DVD CHEZ BACH FILMS


DATE DE SORTIE DU FILM  : 1965
ORIGINE : USA
FORMAT : 4/3
LANGUE : Version Originale Sous-Titrée Français
IMAGE : Couleur
GENRE : Horreur
DUREE : 90 Minutes
SON : Mono


REALISATION : 
Stephen C. APOSTOLOF
SCENARIO : 
Edward D. WOOD Jr.

CASTING : Criswell - Fawn SILVER - Pat BARRINGTON - William BATES - Louis OJENA

BONUS : 

Making of (15 Minutes).
Bande-annonce.

LE PIRE BONUS DE TOUS LES TEMPS : mini-documentaire réalisé par Carine BACH et Yannick DELHAYE, avec Hideo NAKATA, Ben WHEATLEY, Guy MADDIN, Marc CARO, Lucile HADZIHALILOVIC, Douglas SCHULZE, Yann GONZALEZ, Philippe LUX et Alain BUROSSE.

Anecdote :  

Le premier film en Sexycolor !
Le film est sorti en France le 8 mai 1968 sous le titre ORGIE MACABRE. Loin des barricades, ce sont les écrans du SCARLETT et du MIDI-MINUIT qui ont accueilli ces danses funèbres…


DISPONIBLE EN DVD 

CHEZ BACH FILMS